Pédagogie inclusive

La pédagogie inclusive regroupe un ensemble de pratiques et de stratégies qui vous aideront à prendre en compte l’hétérogénéité de votre classe, sans baisser votre niveau d’exigence.

Lorsqu’on entend le mot inclusion, on pense souvent à accommodement; s’il s’agit de notions complémentaires, elles n’en sont pas moins différentes l’une de l’autre :

  • L’accommodement en contexte universitaire est un moyen mis en place pour faire cesser une situation de discrimination fondée sur une situation de handicap liée au contexte d’un cours ou d’une évaluation. Pour toute demande spécifique liée aux accommodements, contactez les Services aux étudiants — Soutien aux étudiants en situation de handicap.
  • Les pratiques inclusives prennent en compte la diversité des personnes dans le but d’éliminer le plus possible les obstacles à la réussite de tous et toutes. Ces pratiques portent sur plusieurs aspects liés à l’enseignement tels que le matériel et les ressources pédagogiques, les situations d’apprentissage, le climat de classe, les activités d’évaluation.
Diversité de personnes différentes par leur culture, handicap, sexe, âge...
Diversité de personnes différentes par leur culture, handicap, sexe, âge...

Tout l’intérêt de la mise en place d’une approche inclusive vise à tenir compte des différences entre les personnes étudiantes, notamment en matière d’apprentissage (niveaux de maîtrise du français, préférences en termes de modes d’apprentissage, sources et degrés de motivation, manières de s’engager dans les cours, etc.), pour proposer des expériences qui profitent à tous et toutes. Pour ce faire, il est possible de s’inspirer de la conception universelle de l’apprentissage (CUA).

La CUA regroupe un ensemble de principes qui favorisent les expériences d’apprentissage équitables. Elle tient compte du fait que les apprenants et les apprenantes perçoivent, assimilent et traitent l’information et l’environnement d’apprentissage d’une multitude de manières. Consulter La conception universelle de l’apprentissage: une rampe d’accès… pour l’apprentissage! (PDF, 7,8 mo) pour en apprendre plus sur la CUA .

Comment intégrer des pratiques inclusives dans son enseignement?

Afin de rendre les situations et les environnements d’apprentissage plus accessibles, la CUA invite les enseignants et les enseignantes à s’appuyer sur trois grandes lignes directrices :

Proposer plusieurs moyens de présenter les savoirs :

  • Proposer des ressources qui traitent d’un même sujet en différents formats (textuel, iconographique, vidéo)
  • Éviter les phrases complexes ou trop chargées, et définir les termes compliqués
  • Privilégier l’écriture épicène et les représentations visuelles qui tiennent compte de la diversité étudiante (pour les photos utilisées dans les présentations, les personnages dans les études de cas)
  • S’assurer de la lisibilité des textes (police, taille, espacement, contraste de couleurs)
  • Mettre en valeur les éléments importants (liste à puces, gras, italique, couleur)
  • Ajouter des éléments visuels en complément du texte (icône, schéma, image)
  • Prévoir un glossaire, des sous-titres, des traductions, des transcriptions

Proposer plusieurs moyens de favoriser l’engagement et l’autorégulation :

  • Diversifier et alterner les activités d’apprentissage (exercice, étude de cas, jeux de rôle, lecture, discussion, présentation, remue-méninges)
  • Varier les modes de regroupements (individuel, binôme, groupe, plénière) et la composition des équipes de travail
  • Clarifier les attentes (objectifs, consignes, modalités, délais) de plusieurs façons et à différents moments (à l’oral, à l’écrit)
  • Mesurer fréquemment la compréhension (connaissances antérieures, représentations initiales, synthèses, évaluations formatives)
  • Recourir à des mises en situation, des exemples et des faits d’actualité dans lesquels la diversité est représentée (attention aux références culturelles)
  • Animer des discussions qui permettent l’expression d’opinions diverses

Proposer plusieurs moyens d’évaluation des acquis :

  • Prévoir plusieurs activités d’évaluation différentes à différents moments dans la session (questionnaire, production orale, écrite ou iconographique, travail individuel ou collaboratif)
  • Donner la possibilité de faire des choix dans les évaluations (réaliser une carte conceptuelle avec un outil numérique ou papier, développer un texte ou produire une vidéo, choisir le sujet d’une présentation orale)
  • Présenter des consignes et des attentes claires (indiquer le nombre de mots maximum, le temps que cela devrait prendre, le niveau de difficulté), de différentes façons (à l’écrit, à l’oral)
  • Proposer des occasions de pratique en amont (activité d’entrainement, quiz formatif, autoévaluation)
  • Permettre l’accès à des outils de soutien (traducteur, correcteur orthographique, dictionnaire, notes de cours)
  • Prévoir un temps suffisant pour l’évaluation
  • Éviter les cas où les mises en situation comportent des références culturelles ou générationnelles avec lesquelles toute la classe n’est pas familière
  • Prendre conscience des biais de correction(.pdf) qui peuvent nous affecter (effet de fatigue, ordre de correction, effet de tendance centrale, effet Pygmalion ) et si possible s’organiser pour faire une correction plus « anonyme » (cacher les noms, correction transversale)
  • Prévoir une grille d’évaluation pour limiter la subjectivité lors de la correction. Consulter la page sur les grilles d’évaluation pour en apprendre plus.
Anthony Sanford

Qu’en pense la communauté enseignante de HEC Montréal?

En tant que professeur, mon engagement inébranlable envers l’inclusivité dans l’enseignement et l’évaluation découle de la reconnaissance que chaque étudiant a des façons uniques d’apprendre et de synthétiser l’information. J’applique une approche multiforme, tenant compte de ces idiosyncrasies d’apprentissage variées : répétition de concepts clés par le biais de divers supports, des consignes claires réitérées avec des exemples concrets, et la conception de devoirs ancrés dans le monde réel. Mon objectif est de garantir que chaque étudiant, quelle que soit sa méthode d’apprentissage individuelle, ait des opportunités égales de réussite, en favorisant un environnement d’apprentissage inclusif qui respecte et prend en compte ces différences.

Anthony Sanford
Professeur adjoint au département de finance

Une porte de classe ouverte où on peut voir le groupe et la personne enseignante

N’oubliez pas d’instaurer un climat de classe inclusif

Une approche pédagogique inclusive repose également sur la mise en place d’un climat de classe inclusif et des interactions respectueuses entre l’enseignant et son groupe, et lors des interactions entre personnes étudiantes dans les débats et discussions. Pour ce faire, l’enseignant ou l’enseignante peut notamment :

  • Porter attention aux paroles maladroites et aux micro-agressions
  • Rester flexible et ajuster sa posture en fonction des besoins (autonomie ou encadrement)
  • Établir des balises à respecter et clarifier les attentes (règles de la classe, disponibilité, retards)
  • Varier les personnes à qui l’on s’adresse en classe

En adoptant une approche pédagogique inclusive, l’enseignant ou l’enseignante œuvre pour faire vivre des expériences d’apprentissage inclusives qui permettent le succès de l’ensemble du groupe.

Références

  • CAST. (2011). Lignes directrices de la conception universelle de l’apprentissage.
  • Fortier, M.-P., & Bergeron, G. (2016). Éducation inclusive : Repères pour la pratique à l’université. Le Tableau, 5(3).
  • Péchard, C., & Dion, M.-C. (2020). Les pratiques pédagogiques inclusives au cœur de la planification d’un cours en présentiel et à distance. Le Tableau, 9(5).
  • Projet CUA. (s.d.). Les applications pédagogiques de la conception universelle de l’apprentissage.
  • Université Laval. (n.d.). Guide pratique : Adopter une approche pédagogique inclusive.