Yolaine Martineau

Yolaine Martineau

Conseillère à la reconnaissance des acquis et des compétences, HEC Montréal

Partie 1 – Section 1 de 2

Comme nous le savons, les apprentissages ne se font pas uniquement dans une salle de classe. Tout au long de notre vie, nous avons développé des compétences; dans notre milieu de travail, par l’engagement communautaire, le bénévolat, des démarches autodidactes ou la pratique d’une activité. Bref, les occasions d’apprendre sont multiples et pratiquement illimitées!

Par exemple, les principes de la pédagogie universitaire sont enseignés dans certains cours à l’université, mais un bon nombre de personnes enseignantes n’ont jamais suivi ces cours et sont pourtant compétentes pour enseigner. Elles ont pu, par leurs expériences, leurs lectures, des formations, des échanges entre pairs., apprendre la pédagogie universitaire. Dans un même ordre d’idées, certaines personnes ont une équipe de travail à gérer, sans pour autant avoir de diplôme dans le domaine de la gestion.

Prenons l’exemple des personnes qui réalisent des campagnes marketing sans être passées par les bancs de HEC Montréal ou d’une autre université, mais qui l’apprennent sur le marché du travail, entourées de collègues.

Mais quelle valeur accorder à ces apprentissages réalisés hors du cadre scolaire habituel ? Et comment déterminer si ces acquis et ces compétences développés peuvent être reconnus officiellement dans un programme d’études?

Des questions? N’hésitez pas à communiquer avec moi.

Définition des concepts entourant la reconnaissance des acquis

« La reconnaissance des acquis et des compétences (RAC) est une démarche qui s’adresse aux personnes qui ont cumulé des acquis significatifs, issus de leurs parcours scolaires ou expérientiels. »

La RAC permet de faire valoir ces acquis afin d’obtenir une reconnaissance officielle pour un ou plusieurs cours d’